LE CARDINAL OUELLET SERAIT-IL EN CAMPAGNE?

Publié le par oscar fortin

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sait préparer ses sorties de manière à profiter des tribunes internationales pour rayonner son message et son image. On se souviendra de son MEA CULPA, en 2007, juste avant de partir pour Rome. C’est de là qu’il commenta à l’intention des journalistes de la planète le sens et la portée de ce geste. Cette fois-ci, c’est la traduction et la publication dans la revue Vita y pensiero de l’Université de Milan du Mémoire présenté à la Commission Bouchard-Taylor, qui lui donne l’occasion d’occuper une place de choix dans nos médias et ceux du monde entier. Cette publication coincide avec sa présence au Synode des évêques. Rappelons que dans son mémoire, le cardinal Ouellet accusait les médias de propager le discours des opposants au catholicisme. Il croit que le Québec est mûr pour une nouvelle évangélisation en profondeur

 

Si tout cela est bon pour sa visibilité, ce l’est beaucoup moins pour la vitalité de l’Église. En effet, les commentaires que ses diverses interventions ont pu susciter chez de nombreux chrétiens, ne semblent pas l’avoir influencé. Il se fait la voix d’une l’Église qui réjouit les courants conservateurs et traditionalistes, mais laisse en marge les courants de pensée renouvelés par une relecture des Évangiles et des réalités du monde contemporain. Bien des prophètes, des docteurs, des pasteurs et des évangélistes ne trouvent pas leur place dans pareil discours.

 

Il y a toujours un risque pour un membre de l’Église, peu importe ses fonctions, de se prendre pour l’Église elle-même. C’est oublier qu’elle est avant tout un CORPS VIVANT dont les  membres disposent de dons qui leur viennent de Celui qui en est la Tête, le Christ lui-même.  « À chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don du Christ…Il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs. » (Éphésiens 4…)

 

Depuis son arrivée à Québec, le Cardinal Ouellet a eu de nombreuses interventions, faites au nom de l’Église et sans que les membres de cette même Église aient été écoutés dans leur diversité et selon les dons de chacun.  Il donne l’impression de quelqu’un qui porte tous les dons : apôtre, prophète, évangéliste, pasteur, docteur. En 2005, plus de 40 croyants, porteurs de ces divers dons, lui écrivaient une lettre ouverte pour lui rappeler que l’Église débordait de beaucoup sa personne et sa fonction et qu’ils ne partageaient pas la compréhension qu’il se faisait de l’Église et du modèle ecclésial qu’il mettait de l’avant:

 

« Depuis votre nomination comme archevêque de Québec, plusieurs de vos prises de position, répercutées par les médias, nous indisposent. Elles donnent en effet à notre Église un visage que nous refusons. Membres à part entière et de plein droit de l’Église catholique qui est au Québec, nous jugeons nécessaire d’intervenir publiquement pour manifester notre désaccord avec le modèle ecclésial que vous mettez de l’avant. Nous le faisons sur la base du « sens de la foi » que nous confère notre baptême. » (Le Devoir du 25 février 2005, p. A9)

 

Trois ans ont passé depuis cette lettre et force est de constater, qu’en dépit des demandes de pardon, notre cardinal en rajoute, cette fois sur la scène internationale, en laissant, du Québec et de son Église, une image qui est loin d’être partagée par ces derniers.  Nous sommes loin de cette recommandation de ce vieux Pierre dont la fougue en avait fait un être imprévisible mais que le temps et le vécu avaient transformé en pasteur humble et ouvert :

 

            « Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement;  non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. » (P.5, 2-3) 

 

Je me refuse, comme croyant et témoin d’Évangile, à ce que l’Église soit l’otage d’une certaine élite qui souhaite en contrôler les principaux rouages y incluant celui, exclusif au Christ et à son Esprit, de la distribution des dons. L’Église sera toujours plus que l’addition de tous ses membres et à plus forte raison, de cette élite qui ne demanderait pas mieux que d’en être le maître. Heureusement, il y aura toujours des prophètes, des docteurs et des pasteurs pour en dénoncer la perversité. Et, monsieur le Cardinal, si c’était le Vatican et l’organisation ecclésiale qui étaient mûrs pour une nouvelle conversion!

 

Oscar Fortin, théologien et croyant

Tél. 418-929-2424

http://humanisme.blogspot.com

 

Québec, le 13 octobre 2008

 

Publié dans RELIGION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oscar fortin 21/10/2008 00:09

D'abord un gros merci pour avoir pris le temps d'exprimer votre point de vue. Il est évident que si vous postulez que le cardinal Ouellet est celui qui dit la vérité, il sera bien difficile d'en rajouter. Comme on dit les jeux sont faits. Par contre si vous choisissez d'en discuter, il faut alors plonger nos racines dans les Évangiles et dans celui qui en est le personnage principal, Jésus de Nazareth. Maintenant que vous connaissez mon site internet, vous y trouverez des réflexions ou méditations qui sont de nature à nous sortir de certaines certitudes, non pas pour moins de vérité, mais pour plus de compréhension de l'actions de Jésus dans le monde. Vous conviendrez avec moi que Jésus n'est pas venu dans le monde pour sauver une Église, mais pour sauver une humanité malmenée par l'égoisme et l'orgueil de certains qui ont choisi de s'imposer au monde. La lecture des prophètes et des divers discours de Jésus nous donnent une idée de l'humanité qu'il veut remettre au premier plan. Vous aurez compris que la justice, la proximité des exlus et des laissés pour compte sont au coeur des défis qu'il est venur relever.

Baloc 20/10/2008 14:44

Il se peut que Monseigneur Ouellet ne prétende pas parler au nom de l'Église, mais plutôt au nom de la VÉRITÉ. Si bon nombre de Québécois ne sont pas d'accord, c'est parce qu'ils sont dans l'erreur. Oui, les conservateurs sont contents de ses interventions; c'est parce Mgr Ouellet est le seul membre du clergé qui ose défier l'establishment hérétique qui domine l'église québécoise. Nos facultés de théologie produisent du clergé qui ne croit pas aux dogmes de l'Église ou qui choisit de faire une "relecture" de la Bible qui lui ôte toute vérité et inspiration, de façon à remettre en question les croyances les plus fondamentales du christianisme, telle que la résurrection corporelle du Christ. C'est ce genre de catholicisme contre lequel Mgr Ouellet lutte au nom de la doctrine orthodoxe.

L'élite qui tient l'Église en otage, ce n'est pas Mgr Ouellet et Benoît XVI. C'est plutôt les intellectuels humanistes qui ont infiltré nos facultés de théologie, au point où l'on parle désormais de "sciences religieuses" plutôt que de théologie. Personne ne s'intéresse à leur version du catholicisme, tellement dilué de vérité qu'on n'y trouve rien de concret sauf de vagues affirmations sur l'amour de Dieu pour tout le monde. Aucune surprise que les Québécois ne s'intéressent pas à ces inepties. Nous espérons que Mgr Ouellet saura nous libérér de ces impies qui "tiennent la vérité captive" (Rm 1:18). Ce dont les Québécois ont besoin, c'est de se faire parler de leur besoin de délaisser leur péchés et se tourner vers Christ.