LES BOLIVIENS DÉCIDENT DE LEUR AVENIR

Publié le par oscar fortin



UNE DÉMOCRATIE BIEN VIVANTE 


Quel gouvernement, après deux ans de pouvoir prendrait l’initiative d’un Référendum sur son propre avenir. En général, les premières années sont des années où sont prises des mesures plutôt impopulaires et où la cote de popularité des gouvernants chute de beaucoup. Je ne pense pas que le Premier ministre de l’Angleterre ou même celui de la France se risquerait à une telle consultation. La liste pourrait facilement s’étendre à l’ensemble des gouvernements « dits » démocratiques. C’est pourtant ce que vient de faire Évo Morales, l’actuel Président de la Bolivie. Les résultats de ce Référendum émis, en cette fin de journée du 10 août, par la COMMISSION NATIONALE ÉLECTORALE (CNE) lui donne 60% des suffrages, 7% de plus que ceux obtenus lors des élections générales.
 

Souhaitons maintenant que cette voix du peuple sera entendue et respecter par ceux qui n’ont eu de cesse à déstabiliser son gouvernement et à chercher par tous les moyens à rendre inopérante ses décisions. La suite nous dira où se trouvent les vrais démocrates et les gouvernements à travers le monde qui en font la promotion. 


Évo Morales a un mandat clair de son peuple pour aller de l’avant avec les réformes amorcées. S’opposer à ce mandat serait s’opposer au peuple lui-même. 


J’espère que le CANADA n’attendra pas l’autorisation de son voisin du sud pour reconnaître cette victoire éclatante de la démocratie et qu’il assurera les autorités légitimes de son appui. Nos soldats ne sont-ils pas en Afghanistan pour défendre cette démocratie?

 

Une histoire à suivre.


 

Oscar Fortin

 

Québec, le 10 août 2008

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article