LE PAIEMENT DE LA DETTE

Publié le par Fortin

 Depuis un certain temps la question de la dette revient de plus en plus fréquemment dans les débats publics et les medias. L’argumentaire le plus souvent mentionné et repris par les intervenants politiques et économiques est que la population vieillit, que les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses et que le nombre des travailleurs sera de plus en plus réduit. Ainsi les jeunes d’aujourd’hui auront à supporter les coûts de santé des vieux tout en assumant une dette dont ces derniers auront été les principaux bénéficiaires. En corollaire : aussi bien leur faire payer le plus rapidement possible cette dette.

 Ainsi, les jeunes libéraux du Québec recommandent-ils au gouvernement de sacrifier les baisses d’impôt en faveur du paiement de la dette. Cette nouvelle, présentée comme quelque chose de nouveau, n’a pourtant rien de surprenant. Elle n’est que le reflet d’une tendance humaine tout à fait normale que l’on retrouve dans tous les groupes d’intérêt. Demander à quelqu’un qui ne paie pas d’impôt s’il préfère la diminution d’impôt, qui ne l’affecte évidemment pas, à une diminution de la dette qui le favorisera à moyen et long terme, c’est répondre à l’avance à la question?  La même question posée à celui qui paie des impôts trouvera fort probablement une toute autre réponse. Il en irait de même pour tout intervenant à qui on demanderait quels avantages il serait prêt à sacrifier pour diminuer la dette.  Il est fort probable qu’il ne verrait pas en quoi il pourrait sacrifier quoi que ce soit de ses avantages, tous aussi indispensables les uns que les autres.

 Tout ceci pour dire qu’un véritable débat sur la dette doit passer par un examen de ce que chacun est prêt à sacrifier pour en diminuer le poids. En effet, pourquoi ne pas demander aux divers acteurs de la société de même qu’aux multiples groupes d’intérêt qui la composent, ce qu’ils sont disposés à abandonner de leurs avantages fiscaux et des programmes gouvernementaux qui les favorisent ?

Que penseraient les jeunes libéraux d’une diminution des bourses et subventions aux étudiants ou encore d’un impôt spécial sur les héritages au profit de la dette ? Que penseraient les hommes d’affaires, les spéculateurs et les entrepreneurs d’une modification de la fiscalité visant l’élimination des avantages fiscaux qui leur sont concédés au profit du paiement de la dette? Que penserait le professeur Pierre Fortin de l’imposition d’un intérêt de 5% sur les 50 milliards $ retenus par les entreprises au titre d’impôts reportés (amortissement) comme moyen de diminuer la dette? Cette liste de choses à faire et les prises de position des groupes concernés diraient vraiment et mieux que tous les discours jusqu’où la société québécoise est disposée à s’impliquer pour diminuer la dette.

 Nous sommes évidemment tous en faveur du paiement de la dette comme nous sommes en faveur de la vertu. Les syndicats et les groupes solidaires seront en faveur du paiement de la dette pour autant que l’on puise dans les abris fiscaux et les multiples avantages laissés aux spéculateurs financiers. Ces derniers seront également en faveur du paiement de la dette pour autant que l’on coupe dans les programmes sociaux, qu’on  augmente les impôts de la classe moyenne et que l’on privatise le plus possible. Chacun peut ainsi trouver un argumentaire pour que la dette soit diminuée sans qu’il ait à mettre la main dans sa poche. Déjà les spécialistes en communication sont sur leur table à dessin pour élaborer les stratégies pouvant le mieux servir l’argumentaire de chacun des groupes visés.

 Personnellement, je pense qu’en prenant le vieillissement de la population et les personnes âgées comme boucs émissaires et responsables de la crise de la dette on se trompe de cible et que l’on sacrifie à l’opportunisme politique les valeurs de solidarité  qui ont à ce jour inspiré la société québécoise.

 

 Oscar Fortin

 19 février, 2006

 

 

Publié dans SOCIÉTÉ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article