AU PARAGUAY UN ÉVÊQUE CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE

Publié le par oscar fortin

 

 

FERNANDO LUGO, 59 ans, est actuellement le favori pour remporter, au PARAGUAY, l’élection présidentielle, prévue pour le 20 avril 2008. Qu’est-il cet homme, conduit à la foi par les pauvres et au sacerdoce puis à l’épiscopat par un désir profond de service auprès des plus défavorisés?  Pour comprendre et apprécier l’itinéraire de cet homme exceptionnel  je réfère le lecteur   à cette entrevue réalisée PAR Cesar Sanson et qu’ALTERINFOS AMERICA DIAL a traduit et publié. Une lecture incontournable. http://www.alterinfos.org/spip.php?article1784.  Ce même article se retrouve également dans  REVUE INTERNATIONALE VIRTUELLE :     http://www.alencontre.org/AmLat/ParagLugo07_07.html#top.

 

Je recommande dans un même élan cet autre article http://pascal-pilet.over-blog.org/article-5261121.html

 

Bien que les possibilités de fraude électorale soient très élevées, Il est curieux de constater que nos dirigeants politiques se préoccupent très peu d’assurer la présence d’observateurs internationaux comme c’est le cas, lors d’élections, dans plusieurs de ces pays. Le parti actuellement au pouvoir est là depuis plus de 62 ans et il ne semble pas résigné à passer le pouvoir  au peuple. La tentation de frauder les résultats d’élection est grande et la volonté d’y résister plutôt faible de la part de ceux qui ont maintenu la grande majorité des gens de ce pays dans la pauvreté et la misère. Ces élections devraient préoccuper nos dirigeants politiques qui s’acharnent pourtant à envoyer nos soldats se battre en Afghanistan pour implanter la démocratie. Au Paraguay, aucun soldat n’est nécessaire. Seule la conscience internationale peut faire la différence.

 

AU MÊME MOMENT VISITE DE BENOÎT XVI À LA MAISON BLANCHE 

Pendant que se réalise cette élection dans ce petit pays de l’Amérique du Sud, Benoît XVI sera quelque part à Washington où il arrivera le 15 avril pour y passer quelques jours avant de se rendre aux Nations Unies pour y prononcer un discours. Déjà la MAISON BLANCHE a tout planifié pour le recevoir à un dîner officiel. 

 C"était, à tout le moins, dans le programme depuis longtemps.

« Selon un communiqué de la MAISON BLANCHE, en date du 10 avril, le dîner se réalisera dans la salle est de la résidence présidentielle. Ont été invités les membres de la délégation officielle du Vatican, les cardinaux étasuniens et les représentants du monde politique et ecclésiastique étasuniens. Le programme officiel du 16 avril prévoit la cérémonie de l’arrivée de Joseph Ratzinger dans les jardins de la Maison Blanche vers les 10h30, suivie à 11h15 d’un échange avec le Président dans le Bureau ovale… dans la soirée ce sera le dîner» 

Or, le 11 avril, le porte parole officiel du Vatican annonce que le Pape a décidé de ne pas se rendre AU DÎNER prévu en son honneur. Il aurait jugé qu’il n’était pas convenable de participer à des rencontres mondaines de ce type. Mieux vaut tard que jamais. Il ne fait pas de doute que cette décision fait suite à de nombreux commentaires et critiques qui lui ont été adressés. C’eût été une manière de sceller au su et à la vue de l’humanité entière la grande alliance entre les deux empires. Les prophètes apocalyptiques y auraient vu les signes de la  Babylone et de la prostituée. 

« La description en est donnée dans la Bible, Livre de l'Apocalypse chapitre 17:

"1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 2 C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et c'est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. 3 Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 4 Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution. 5 Sur son front était écrit un nom, un mystère : "Babylone la Grande, la mère des prostituées et des choses immondes de la terre." 6 Et j’ai vu que la femme était ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus."

 

De quoi nous faire tous réfléchir. Quelles sont nos alliances et qui servons-nous ? Personnellement, Fernando Lugo est celui en qui je vois l’Évangile prendre racine et s’étendre à toute personne de bonne volonté. Il est pourtant celui que rejettent l’empire et l’Institution ecclésiale.

 

Oscar Fortin

13 avril, 2008 

   

Publié dans RELIGION

Commenter cet article

oscar fortin 14/04/2008 20:40

Je dois préciser l'information donnée sur la visite du pape à la Maison Blanche. Ce à quoi il s'est désisté, c'est au dîner gala du soir qui a été préparé en son honneur et coincidant avec son anniversaire.